Le Syndicat CGT du CHU de NANTES

Rechercher

Aller au contenu

Ordre Infirmier

Revendications

Un simulateur est enfin disponible par la CNRACL. Le syndicat CGT conseille à tous les IDE de procéder à ce calcul avant d'effectuer leur droit d'option. .
Vous trouverez le logiciel de calcul ici :

Et si votre configuration Internet ne vous permet pas d'y accéder, allez voir ici:

L’ordre Infirmier entend forcer l’inscription !
Extrait de l’@ctu.mict n°12




Le Conseil National de l’Ordre Infirmier vient d’annoncer dans un communiqué de presse le lancement de l’inscription et de « l’appel à cotisation » dès le 1er septembre et ce durant une semaine.

Chaque Infirmier(e) devrait ainsi recevoir à son adresse professionnelle un courrier du CNOI qui comprendra 2 documents : une fiche d’inscription et un appel à cotisation de 75 euros pour la première année qui couvrirait les mois de mai 2009 au mois d’avril 2010.

Mais pourquoi demander aux professionnels de retourner à l’ordre une fiche d’inscription alors que la loi HPST organise une inscription automatique ? Le CNOI aura en effet un droit d’accès aux listes nominatives des professionnels des établissements publics et privés et pourra obtenir ces listings dans les conditions fixées par décret * ! Or, ce décret n’est pas encore paru ! L’ordre semble donc indiquer qu’il entend ainsi forcer l’inscription des professionnels !

Pour l’UFMICT CGT, il s’agit surtout à cette étape de ne pas faciliter la tâche à une structure que l’on ne reconnaît pas et que l’on souhaite voir disparaître ! Laissons l’ordre aller jusqu’au bout de la démarche qu’il a souhaité en demandant un article dans la loi HPST pour organiser l’inscription forcée de ses confrères !

Il faut gagner du temps !
Ce temps sera mis à profit pour la construction du rapport de force ! Laissons l’ordre organiser lui-même ses démarches administratives auprès des directions d’Etablissements pour obtenir les listings et organiser l’inscription « forcée » au tableau de l’ordre ! Quant à l’appel à cotisation, il ne peut se faire que lorsque l’ordre a procédé à l’inscription du professionnel !

La réception de ces courriers doit être l’occasion d’organiser la mobilisation des professionnels concernés par les structures ordinales et ceux qui pourraient l’être prochainement comme les aides soignantes, les psychologues et bien d’autres ! Il est donc urgent pour les professionnels de savoir comment réagir et comment s’organiser.

La mise en place des ordres fait partie intégrante de la logique gouvernementale d’une politique libérale de notre système de santé et de mise à mal des services publics. La question des ordres professionnels peut permettre de traiter les autres axes revendicatifs forts de notre secteur pour la rentrée avec la loi HPST et le financement de la sécurité sociale.

* Extrait de la loi HPST sur l’inscription automatique à l’ordre IDE : " L’ordre national des infirmiers a un droit d’accès aux listes nominatives des infirmiers employés par les structures publiques et privées et peut en obtenir la communication. Ces listes nominatives sont notamment utilisées pour procéder, dans des conditions fixées par décret, à l’inscription automatique des infirmiers au tableau tenu par l’ordre."


ORDRE INFIRMIER Communiqué commun
CFDT-CFTC-FO-SUD-UNSA-Ufmict-CGT



Jeudi 14 décembre 2006, la Loi créant l’Ordre infirmier a été définitivement adoptée par la majorité des députés UMP et UDF.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, FO, SUD, UNSA, Ufmict-CGT, réaffirment leur refus d’une structure ordinale dont l’adhésion et la cotisation seraient obligatoires pour exercer leur profession.

Selon les tenants de la mise en place d’un ordre professionnel, cette structure pallierait l’absence de déontologie professionnelle et de sanctions disciplinaires.

Or, la pratique professionnelle est encadrée par le décret relatif aux règles professionnelles des infirmiers et infirmières d’une part, et par le décret relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier, d’autre part. Les salariés disposent déjà de leurs instances représentatives et disciplinaires.

Cette instance supplémentaire n’est pas la revendication des professionnel(le)s. Ils et elles réclament la reconnaissance de leur qualification, une évolution de leur formation initiale, de meilleures conditions de travail pour une meilleure qualité des soins.

Il convient, cependant, d’améliorer le fonctionnement de la structure nationale consultative existante, le Conseil Supérieur des Professions Paramédicales, voire de créer une instance pour les professions de santé, comme proposée dans le rapport de la mission Couty. Les organisations syndicales sus nommées sont disponibles pour toutes propositions en ce sens.

La création d’un ordre acte un repli catégoriel contraire aux aspirations des professionnels qui veulent travailler au sein d’équipes pluridisciplinaires et en réseaux.

75 euros d’impôts supplémentaires pour les professionnels

Fait à Montreuil, le 15 décembre 2006

Lire notre Dossier ici
Consultez le texte Officiel ici

Accueil | Actualités | Revendications | Nos Carrières | Communication | Accès Syndiqués | Plan du site

Mise à jour le 12 juil 2017

Revenir au contenu | Revenir au menu